Rogue One – A Star Wars story

Rogue One – A Star Wars story

Un film de Gareth Edwards – USA – 2016

science-fiction / action / guerre

avec  : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn

 133 min – Lucasfilm
vu en V.O.
L’histoire :

L’action de Rogue One se déroule juste avant les événements narrés dans l’épisode IV. Un groupe de rebelles monte une action commando suicide afin de récupérer les plans de l’Etoile de la mort…

L’avis de KultureShoot.com :

Quelle surprise, quand on s’attend à visionner un space opera, de se retrouver devant un film de guerre qui commence comme un western ! C’est là la force et la faiblesse de ce Rogue One.

Je ferais deux gros reproches à ce film :

Le premier, c’est d’avoir perdu cette légèreté qui faisait le charme de la trilogie originale. On l’avait retrouvée dans Le Réveil de la force mais ici, l’ambiance se veut beaucoup plus sombre. On n’est pas obligé d’adhérer.

Le second reproche portera sur les personnages. Ils sont nouveaux, nombreux et trop peu développés pour qu’on ait le temps de s’y attacher vraiment. Selon moi, s’en sortent avec les honneurs le nouveau droïde K2-S0, Chirrut Îmwe (le guerrier aveugle) et Baze Malbus (son protecteur). Cependant, le personnage le plus intéressant est certainement Orson Krennic, le Directeur du département de Recherche de l’Empire,  qui tient bien sa position de méchant (ce qui est assez rare dans les productions actuelles).

Ceci-dit, Rogue One s’offre une réalisation en béton. Tout en respectant la mythologie Star Wars, elle fait de cet opus un pur film de guerre dans la tradition des histoires de commando comme par exemple les Canons de NavaroneGareth Edwards, le réalisateur, est parvenu à s’approprier tous les codes du genre. La caméra, portée à l’épaule façon Il faut sauver le soldat Ryan, est ici parfaitement maîtrisée et offre des scènes d’action, cerise sur gâteau, tout à fait lisibles. Edwards nous propose également une superbe bataille spatiale où il parvient à placer un moment que je qualifierai de quasi-poétique : la chute de deux Destroyers de l’Empire (même s’il nous avait déjà fait le coup avec les avions de chasse dans son Godzilla).

Quand on voit la qualité des effets spéciaux, j’en viens à rêver d’un film sur les combats aériens de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 
  • Le ton plus sérieux et sombre tranche avec les autres films de la saga. Ça change de l’humour et du côté « fantasy » auxquels on était habitués.
  • On ne peut qu’être admiratif devant la qualité technique du long métrage.
  • Mads Mikkelsen fait partie de la distribution, cool !
  • Il y a une amorce de réflexion qui met dos à dos les méthodes de l’Empire et de la Rébellion. C’était une idée qui était déjà esquissée dans l’excellente série d’animation Clone wars.
 
  • Le ton plus sérieux et sombre tranche avec les autres films de la saga. L’humour et le côté « fantasy », auxquels nous étions habitués, nous manque.
  • L’accent est davantage mis sur la réalisation que sur les personnages qui sont globalement assez fades.
  • Mads Mikkelsen est clairement sous exploité, dommage.
  • Pourquoi Dark Vador habite-t-il un ersatz de la tour de Saruman délocalisée en Mordor ?
  • C’est moi ou le père Vador a de la conjonctivite ?
Conclusion

Je suis au final assez partagé sur ce nouvel opus de la saga. Rogue One est clairement un bon film qui prend son sujet très au sérieux… peut-être un peu trop.

Note : 14,5/20 

Par Sathur