Planète verte

Planète verte

Un roman de MARCUS HÖNIG – France – 2016

Anticipation

244 pages  – e-Book

L’histoire :

Dans un futur très proche, la France est tombée aux mains d’un parti d’extrême droite et de sa présidente Marion Seillard.  Dans ce pays où même nourrir la population devient un problème, Marco tente d’élever seul son fils. Il va bientôt se retrouver mêlé à des enjeux qui le dépassent …

L’avis de KultureShoot.com :

Planète verte est un court roman plutôt plaisant à suivre. Il propose une démarche assez proche de la fable ou du conte, comme a pu le faire il y a quelque temps Boualem Sansal avec son 2084. D’ailleurs, la France que nous décrit Marcus Hönig pourrait très bien être une étape sur la route qui conduit au monde post-apocalyptique qu’imagine Sansal. Dans les deux cas, il me semble que le message est plus important que l’histoire, ici une machination politique, qui le véhicule.

C’est d’ailleurs dans sa dimension politique que Planète verte (peut-être une référence à Soleil vert ?) est, à mon avis, le plus réussi. Le roman illustre habilement les méthodes d’un parti d’extrême droite pour manipuler les foules. Elles reposent en grande partie sur l’infantilisation de ses partisans puis de la population dans sa globalité. Cela se traduit par  une présidente le plus souvent désignée par son simple prénom,ici Marion (tiens, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?), ou par des citoyens dont la vie est intégralement gérée par l’Etat. L’intrigue nous fait également pénétrer les rouages de ce gouvernement. Sur ce plan, Planète verte est plutôt une réussite.

Je suis par contre moins convaincu par quelques points.

Tout d’abord, si l’on reste dans l’aspect politique, j’ai trouvé le roman parfois trop manichéen. Il pose en effet une opposition puissants / peuple qui me paraît simpliste. La population est une victime qui s’est laissée manipuler (le récit sous-entend la même chose pour la présidente du parti qui aurait plus ou moins été broyée par le poids de son héritage et par la mécanique du parti). J’ai du mal à adhérer à cette vision que je juge un peu trop optimiste de la nature humaine. Il ne faut pas sous-estimer l’adhésion populaire à de telles pratiques.

Ensuite, c’est l’intrigue qui m’a un peu laissé sur ma faim. Le suspense autour du projet Planète verte est assez léger et j’ai assez rapidement deviné en quoi il consistait. Cependant, cela ne gêne pas réellement le plaisir de lecture. Non, ce qui m’a le plus dérangé c’est la dernière partie du roman qui conclue, je pense, bien trop rapidement l’histoire. J’aurais aimé que les mécanismes du pouvoir soient plus amplement développés, surtout que le roman soulève des questionnements intéressants : comment nourrir la population quand le pays vit renfermé sur lui-même ? Comment gérer le problème du chômage ou de la désertification des campagnes ?

Conclusion :

Espérons que les prévisions de Marcus Höning, quant à l’avenir de la France, s’avèrent erronées… Planète verte est un récit agréable, agrémenté d’une réflexion intéressante sur le fonctionnement des régimes totalitaires. Avec une intrigue plus solide, ce court roman aurait gagné en puissance. En tout cas, Marcus Höning est un auteur à suivre.

Note : 13/20

Par Sathur