Nanarland – Le livre des mauvais films sympathiques : épisode 2

Nanarland – Le livre des mauvais films sympathiques : épisode 2

Un livre du collectif Nanarland sous la direction de François Cau

271 Pages – Collection Label 619 – Ankama – 2016 – 19,90 €

L’équipe de Nanarland s’est donné pour mission de rechercher et d’exhumer les pires (meilleurs ?) nanars de l’histoire du cinéma. Tout a commencé par un site, Nanarland.com, et s’est poursuivi par une émission diffusée durant quatre saisons sur Allociné : Escale à Nanarland. Pour continuer à diffuser la bonne parole, elle s’attellera à la rédaction d’une édition papier, Nanarland – le livre des mauvais films sympathiques, qui sera éditée en octobre 2015 par Ankama (les créateurs de Dofus). Un an plus tard, sa suite est enfin disponible.

Déjà, l’objet présente bien. Comme le premier volume, le livre et son fourreau reprennent le design d’une cassette vidéo et de son boitier.

Le collectif présente ici quelques-unes de ses trouvailles, que l’on pouvait déjà croiser sur leur site ou dans Escale à Nanarland. Chaque film est présenté sur quatre pages. On trouve une critique, l’affiche du film, des anecdotes, les meilleures répliques et quelques photos. C’est drôle, bien écrit et surtout bien informé, ce qui donne un réel intérêt à l’ouvrage. Ce n’est pas une simple collection de mauvais films compilés pour faire rire à leurs dépens. Il y a ici un vrai travail éditorial, rédactionnel et critique qui rend le livre indispensable. De plus, les articles sont suffisamment longs, mais pas trop, pour que Nanarland 2 deviennent votre meilleur compagnon aux toilettes pour un certain temps (plus de 250 pages quand même !) !

Ce Chuck, quel bel homme !

Les chroniques sont regroupées par thèmes, de la science-fiction à la comédie (où brille notre production cinématographique nationale). Des différentes catégories passées en revue, je dois avouer que j’ai un coup de cœur pour la section « Enfances souillées » (rien que le titre laisse rêveur…). On y trouve quelques perles qui dépassent l’entendement. Dont ça (et ce n’est pas le pire (qui n’est jamais décevant, comme chacun sait)) :

Ce second tome de Nanarland est vraiment très bon et surpasse même le premier volume. Riche d’une iconographie abondante et de chroniques pertinentes, il réussit l’exploit de nous donner envie de visionner quelques unes  de ces pépites nanardesques (pas toutes, faut pas déconner non plus ! Je me passerai volontiers du film de Bigard).

PS : Si ce n’est pas déjà fait, foncez sur Allociné visionner les quatre saisons d’Escale à Nanarland. Fabien Gardon saura vous faire rêver.

Laisser un commentaire