Le Géant de fer

Le Géant de Fer  (The Iron Giant)

Un film de Brad Bird – USA – 1999

science-fiction / animation

avec les voix de : Harry Connick Jr., Vin Diesel, Jennifer Aniston…

Blu-Ray – 2017 – version signature : 90 min / version cinéma : 89 min – Warner Bros

L’histoire :

Dans l’Amérique paranoïaque des années 50, un jeune garçon, Hogarth Hughes, se lie d’amitié avec un robot géant. L’armée ne va pas tarder à s’intéresser à ce monstre d’acier qui pourrait bien représenter une menace pour la sécurité nationale…

L’avis de KultureShoot.com :

Inutile de tourner autour du pot, Le Géant de fer est un chef-d’oeuvre ! Que ce soit sur le fond ou la forme, la réussite est remarquable. On pourrait considérer ce film comme la rencontre improbable du Docteur Folamour de Kubrick et de Lilo & Stitch. Mais, même si c’est déjà un sacré compliment, ce serait réducteur. Ne serait-ce que parce que Le Géant de fer est loin de ne s’adresser qu’aux plus jeunes.

Le fond :

On peut bien-sur y voir une ode à l’amitié et au respect des différences. Mais avant tout, on est face à une violente charge antimilitariste et contre les armes en général. A ce titre une scène est simplement sublime : elle montre le robot de 30 m braquant un canon énorme sur le frêle garçon. Iconique en diable, ce plan reste imprimé longtemps dans la rétine (et après visionnage du making-of, cette scène prend encore une autre dimension : on y apprend que la sœur du réalisateur a été abattue par son mari…).

Si l’armée et les gouvernements sont visiblement les premières cibles, on peut légitimement se demander si l’humanité dans sa globalité n’est pas également dans la ligne de mire. Une humanité capable de s’en prendre aux plus faibles : les enfants et les animaux… Mais une humanité qui a peut-être encore une chance d’être sauvée, comme le suggère une fin quasi-christique… Une humanité qui peut également se sauver par la création artistique, autre thème central de cette œuvre. Le Géant de fer est d’une richesse incroyable !

 

La forme :

Le Géant de fer n’oublie pas qu’il est un film de science-fiction. Il nous offre à ce titre quelques scènes d’actions remarquables. Il sait aussi se faire aussi bien drôle qu’émouvant. Vous avez pleuré devant Bambi ? Alors, vous pouvez préparer la boite de Kleenex ! Niveau lacrymal, on atteint des sommets ! Même si on est encore loin de la fin du King Kong (version longue) de Peter Jackson, les plus sensibles d’entre vous vont prendre cher !

Je pense que vous avez déjà compris tout le bien que je pense du Géant de fer, mais je ne vous ai pas encore parlé de la réalisation. Brad Bird (à qui l’on devra plus tard Les Indestructibles, Ratatouille et un épisode de Mission Impossible) frôle le perfect. Mêlant respect des classiques (on pense énormément à Disney) et quelques influences asiatiques (on pense aussi un peu à Myazaki dans le design du robot), il parvient à recréer une Amérique des 50’s plus que crédible.

Les décors comme les personnages sont superbes. Pour une fois, le mélange d’animation classique et d’animation 3D est réussie et ne donne pas l’impression de regarder des incrustations numériques superposées à la va-vite. Pour l’époque, c’est un sacré exploit. Le soin apporté aux véhicules, en particulier militaires, est également remarquable. Certaines scènes, comme celles dans la neige ou les ciels étoilés, sont superbes. Même Vin Diesel, qui double le robot, est parfait.

Le Blu-Ray

Le Blu-Ray signature édition propose une qualité d’image excellente. Elle est d’une netteté remarquable et met en évidence le travail incroyable de l’équipe de réalisation. C’est une véritable cure de jouvence pour le long métrage. Le disque propose une piste audio VO en DTS-HD des plus percutante. Il y a aussi une bande son française… mais on s’en fout un peu (surtout qu’elle est bien faiblarde). N’ayant pas re-regardé la version cinéma du film, je serais bien en mal de commenter l’apport des scènes supplémentaires de la version signature… ne sachant pas quelles sont ces fameuses scènes…

Côté bonus, c’est d’abord la douche froide. On tombe dans un premier temps sur une flopée de suppléments qui doivent provenir d’anciennes éditions et qui ne sont globalement que de la promo déguisée sans grand intérêt. Et puis, on découvre le documentaire Le Rêve du géant. Ce film de près d’une heure revient  sur le début de carrière de Brad Bird et sur les difficultés rencontrées pour réaliser Le Géant de fer. Les propos tenus sont libres, parfois surprenants, sans langue de bois et révèlent les tensions qu’il y eut sur ce projet. Disney et la Warner, à moindre échelle, en prennent pour leur grade. Passionnant.

On trouve également dans le coffret quelques goodies dont une sympathique figurine en plastique du géant (11 cm).

Conclusion

Le Géant de Fer est beau, passionnant. C’est un chef d’oeuvre de science-fiction intelligente magnifié par une édition Blu-Ray excellente. Un film à voir impérativement.

Note : 10/10 

Par Sathur

Laisser un commentaire